La vie aux Etats-Unis : De la demande de visa au numéro de sécurité sociale

By Mummy B.

 

Et voilà, ça y est! Je l’ai reçu… et dans un temps record en plus! Pour ceux qui nous suivent sur Instagram, vous le savez déjà depuis la semaine dernière : j’ai désormais mon numéro de sécurité sociale américain!

Mais avant d’en arriver là, il a fallu un peu (beaucoup?) de temps et de paperasse. Un parcours qui a commencé en avril dernier quand on a proposé à Daddy B. un poste en Californie à l’issu de son V.I.E. à Singapour.

 

 

Un visa, mais pourquoi?

 

Effectivement pour faire du tourisme, quand on est français (où n’importe quel citoyen de cette liste), on bénéficie du programme d’exemption de visa ESTA. Un site internet dédié permet de remplir un formulaire en ligne et de payer $14 de taxes pour faire une demande d’autorisation de voyage électronique. Une fois l’autorisation accordée (on obtient la réponse très rapidement), elle donne le droit de rester un maximum de 90 jours consécutifs sur le territoire américain et est valable deux ans. Certains anciens modèles de passeports français n’étant pas conformes à la démarche ESTA, il est conseillé de vérifier avant si le votre correspond bien aux critères requis.

 

Logo ESTA

 

Mais si l’on veut venir étudier ou travailler aux Etats-Unis, c’est bien différent! Et c’est pour ça qu’il est si difficile de s’expatrier dans ce pays.

A quelques exceptions près (gagnant à la loterie de la carte verte, carte verte par mariage ou pour raison de famille, carte verte par le travail…), il est indispensable d’obtenir un visa si l’on souhaite s’expatrier aux Etats-Unis dans le cadre de ses études ou de son travail ou pour y séjourner plus de 3 mois en tant que touriste.

 

Quel type de visa doit-on demander?

 

On lit souvent sur les forums d’expatriation ou les groupes Facebook consacrés aux Français aux Etats-Unis des questions de personnes désirant s’installer aux USA. Parmi elles, « quel visa demander? » est parmi les plus fréquentes.

Souvent aussi, des messages, telles des bouteilles à la mer, sont envoyés sur ces mêmes plateformes d’échange :  « Sans emploi, sans expérience, sans diplôme, sans argent, sans parler anglais… comment m’expatrier aux States? ». La question parait caricaturale et pourtant ils sont nombreux, ceux qui voient encore les Etats-Unis comme un El Dorado plein de promesses et espèrent réaliser un jour leur rêve américain.

 

 

Facebook, les demandes des futurs expatriés
A french request on Facebook asking for the type of visa to apply for

 

Mais la première question à se poser est avant tout de savoir si l’on est dans une situation qui va nous permettre ou non de nous expatrier aux Etats-Unis, car la sélection est rude et le droit en matière d’immigration aux USA est très complexe.

 

Visas de travail

 

Dans notre cas, c’est grâce à l’entreprise de Daddy B. que nous avons pu nous installer ici. Une opportunité de poste à la fin de son Volontariat International en Entreprise (VIE), une expérience professionnelle et un parcours scolaire qui en faisait un candidat idéal pour obtenir son visa de travail. Ce n’est donc pas nous qui avons choisi notre visa, mais les avocats spécialisés en droit de l’immigration américaine de l’entreprise de Daddy B. qui nous ont guidés pas à pas jusqu’à l’obtention de celui-ci.

 

En effet on n’obtient pas un visa de travail parce qu’on en fait la demande soi-même : une offre d’emploi est préalablement nécessaire. La question n’est donc pas de savoir quel visa demander, mais de trouver un employeur aux Etats-Unis prêt à nous sponsoriser pour un visa de travail et qui fera les démarches pour nous permettre de faire cette demande de visa. En fonction de sa situation aux Etats-Unis, de vos diplômes, de votre domaine professionnel, de votre expérience et de tout un tas de critères que prennent en compte leurs avocats, l’entreprise vous indiquera quel visa il faudra demander.

 

Crédit illustration : Gally Mathias
Crédit illustration : Gally Mathias

 

Visas étudiants

 

Pour les étudiants, ils seront sans doute guidés dans leurs démarches par leur établissement scolaire. Le visa sera différent s’ils intègrent un établissement d’enseignement général, technique ou professionnel ou s’il s’agit d’un programme particulier (sponsorship). Dans tous les cas, ils devront au préalable s’inscrire dans un établissement d’enseignement aux Etats-Unis. Ensuite seulement, ils pourront s’attaquer à la demande de visa et à toutes autres obligations administratives liées à leur statut et expliquées sur le site de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique.

 

Visa « au pair »

Là encore, on ne s’improvise pas « au pair » aux Etats-Unis. Pour obtenir son visa, il faut s’adresser à des organismes spécialisés et agréés par le Département d’Etat. Dans ce cas, vous serez sans doute aussi accompagné pour les démarches administratives spécifiques à ce statut.

 

Autres visas

 

D’autres cas plus spécifiques, comme par exemple les investisseurs, les journalistes, les athlètes ou les artistes, demanderont d’autres démarches et éventuellement à se plonger dans une recherche plus approfondie et à demander conseil à des avocats spécialisés en fonction de leur situation. Mais pour chaque cas, des pré-requis (montant à investir, nom reconnu dans son domaine d’activité, etc…) sont nécessaires avant de faire les démarches pour le visa. Le site de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique permet de trouver de nombreuses informations utiles pour y voir plus clair.

 

En conclusion, ce n’est pas la peine de commencer à regarder à quoi correspond le H1B, le E2, le L1, le J1, le G, le P3, le B2 et tous les autres…

Prenez d’abord le temps de savoir dans quel cas vous vous situez (ou comptez vous situer), contactez avec l’entité qui vous accompagnera dans le choix et l’obtention de votre visa (entreprise, établissement scolaire, avocat spécialisé…) et il sera alors temps de vous renseigner pour en connaitre les spécificités (durée, possibilité pour le conjoint de travailler ou non etc…).

 

 

Si votre visa le permet, le reste de la famille (conjoint et enfants) pourra vous suivre avec un visa accompagnateur, mais seuls les couples mariés peuvent en bénéficier.

 

Un visa pour les Etats-Unis en 4 étapes

 

Visa dans le passeport

 

1) Une photographie d’identité

 

Avant de vous attaquer au formulaire électronique DS-160 qui constitue votre demande de visa de séjour temporaire aux Etats-Unis, il vaut mieux d’abord vous munir d’une photographie qui correspond aux spécifications exigées.

 

On vous avait parlé de l’humour sans faille de l’administration singapourienne, notamment en matière d’importation d’animaux. On passe à la vitesse supérieure avec les démarches américaines. En effet, ce sont de grands blagueurs aux Etats-Unis : ça ne suffit pas d’avoir une photographie au format biométrique sur son passeport, un cliché quasi impossible à obtenir avec un enfant notamment. Non, cette photo ne vous servira à rien pour le formulaire DS-160, car celui-ci réclame… une photo carrée! Une façon de sponsoriser Instagram peut-être? En tout cas, votre photo de passeport biométrique et rectangulaire ne passera pas!

 

Heureusement vous trouverez facilement sur le site de l’Ambassade des Etats-Unis en France, tous les critères pour la photo parfaite.

 

2) Le formulaire DS-160

 

Un formulaire doit être complété et envoyé en ligne pour chaque membre de la famille (y compris les enfants). Comme c’est assez long et stressant (on n’a pas envie de se tromper et d’envoyer un dossier qui sera refusé), il vaut mieux s’en occuper au calme et quand on a du temps devant soi.

 

Pour la petite note humoristique, c’est une étape administrative assez hilarante où l’on vous demande de cocher, par exemple, si vous comptez « oui » ou « non » vous installer aux Etats-Unis pour vivre de la prostitution ou intégrer un cartel de la drogue. La finesse américaine! Bien sûr, l’utilité est surtout de pouvoir utiliser cette déclaration lors de votre procès, si jamais vous êtes pris en faute, pour alourdir les charges contre vous (et donc votre peine!) avec le parjure.

Encore plus rigolo, si vous restez inactif sur votre session plus de 20 minutes (parce que vous avez oublié à quel date exacte vous avez commencé votre contrat de travail il y a trois ans et que vous ne parvenez pas à trouver immédiatement le justificatif qui s’y rapporte), elle expirera sans enregistrer les informations déjà remplies. Il faudra donc recommencer depuis le début (sauf si vous avez enregistré votre numéro de code barre ou votre demande dans un fichier de votre ordinateur). On vous l’a déjà dit : du calme, de la patience et aussi… de l’organisation! Ceux qui nous connaissent se demandent encore comment on a réussi à s’expatrier aux Etats-Unis!

 

A la fin, une page de confirmation avec le code barre sera générée. Il faudra l’imprimer car elle sera nécessaire lors de votre entretien au consulat.

 

3) Le rendez-vous à l’ambassade

 

 

Ce rendez-vous n’est pas automatique, certaines personnes ayant la possibilité de faire leur demande ou leur renouvellement de visa par courrier.

 

Pour nous, la prise de rendez-vous a été effectuée par les avocats de l’entreprise de Daddy B. et comme notre dossier avait pris du retard (il faudra encore qu’on m’explique pourquoi ils ont redemandé trois fois la photocopie scannée du passeport de Daddy B.!), la date est arrivée bien plus tard que prévue et nous a forcé Mimi B. et moi à rester en France trois semaines supplémentaires pendant que Daddy B. commençait à travailler aux Etats-Unis sans visa avec un CDD français…

Si vous devez vous charger de prendre le rendez-vous vous-même, vous trouverez la marche à suivre sur le site dédié.

 

Avant de vous rendre à l’Ambassade, il vaut mieux vérifier que vous avez bien avec vous tous les justificatifs demandés. ils peuvent varier en fonction du type de visa, mais servent à prouver à la fois que vous pouvez bien prétendre au visa demandé et à montrer que vous n’avez pas l’intention de rester sur le territoire américain une fois que votre autorisation de séjour aura expirée. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet sur le site de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique.

 

Le jour de votre rendez-vous, n’oubliez pas d’apporter votre page de confirmation du formulaire DS-160 ainsi que votre passeport (valide, bien sûr! vérifiez donc bien qu’il expire dans plus de 6 mois).

Le site de l’Ambassade précise bien qu’aucune denrée alimentaire provenant de l’extérieur n’est admise à l’intérieur de l’Ambassade (par contre des distributeurs de boisons et de snacks sont à votre disposition sur place). Concernant les mesures de sécurité, une procédure de contrôle des visiteurs et de leurs bagages est systématique. De plus on pourra vous demander de laisser au personnel de sécurité certains de vos effets personnels avant de rentrer dans la salle d’attente (téléphone portable et appareil photo notamment).

 

 

Pour nous le rendez-vous à l’Ambassade des Etats-Unis à Paris fut une simple formalité, mais cela ne nous a pas empêché de rester 3 heures sur place vu le monde qu’il y avait. Heureusement Mimi B. a été très sage même si nous n’avions pas prévu beaucoup d’occupation pour elle pensant que cela serait bien plus rapide.

Notre rendez-vous s’est organisé en deux entretiens aux guichets donnant sur la salle d’attente et a constitué à des prises d’empreintes (électroniques), quelques questions sur le poste de Daddy B., sur son expertise dans son domaine d’activité et sur notre souhait de rentrer en France à l’issu de notre visa, ainsi qu’à la vérifications des pièces justificatives.

 

 

4)Réception du passeport et du visa

 

La procédure a changé juste avant notre rendez-vous. On nous avait demandé de préparer une enveloppe Colissimo pour la réception des passeports avec les visas, mais l’officier consulaire nous a dit que ce n’était plus la peine et qu’il nous serait envoyé à l’adresse indiquée sur notre formulaire DS-160. Comme on nous demandait une adresse française, nous avions indiqué celle inscrite sur nos passeports, notre adresse de Vincennes donc (un appartement quitté plus d’un an auparavant avant de s’expatrier à Singapour). Nous n’avions donc plus du tout accès à la boite aux lettres! Petit moment de panique au moment où l’officier consulaire nous dit qu’il ne peut rien pour nous… mais finalement nos mines déconfites auront jouer en notre faveur et il aura fini par accepter notre enveloppe Colissimo à 24€ déjà payée avec une adresse où nous pouvions bien recevoir du courrier.

 

Les délais de réception sont de deux à quatre jours, mais l’Ambassade prévient bien que des délais plus longs peuvent être observés pour certains dossiers et que l’on ne peut être sûr que son visa n’a été accepté qu’à sa réception.

Heureusement pour nous, nos billets d’avion étant déjà réservés et le décollage fixé quelques jours plus tard, nous avons tout reçu dans les temps et avons pu enfin embarquer pour les Etats-Unis!

 

Tampon entrée aux USA

 

Pourquoi demander un SSN?

 

Voilà. Vous avez obtenu votre visa. Vous avez pris l’avion. Vous avez atterri. Et vous voyez maintenant des Star-Spangled Banner partout (ou presque…). Bref, vous êtes un expat’ aux US!

Un sentiment de plénitude vous emplit et vous vous dites que là, c’est bon! Les démarches administratives, c’est fini!

Que nenni, cher ami! Loin de là. Permis de conduire, couverture santé et bien d’autres surprises vous attendent.

 

 

Parmi elles, la demande de SSN. Le Social Security Number, en français le numéro de sécurité sociale. Un « numéro de sécu »  vous en avez déjà un, il commence par 1 si vous êtes un garçon, 2 si vous êtes une fille et… il ne vous servira à rien ici! D’ailleurs, si cela a le même nom des deux côtés de l’Océan, leur utilité est bien différente. En effet, contrairement à notre numéro de sécurité social français, le SSN n’assure aucun droit social.

 

Aux Etats-Unis, le SSN est indispensable pour :

– Travailler

– Faire sa déclaration de revenus

 

Et facilitera certaines démarches administratives, puisque c’est souvent par ce numéro que l’on est identifié pour :

– Passer son permis de conduire

– Ouvrir un compte bancaire

– Obtenir un chéquier et/ou une carte de paiement

– Obtenir un crédit

– Souscrire à une couverture santé

 

 

Alors là, tout d’un coup, ça devient assez urgent d’en avoir un! Surtout que c’est gratuit, alors pourquoi se priver?

De toutes façons, pour Daddy B., qui n’est pourtant pas très au point sur les démarches administratives, la menace par son entreprise de ne pas être payé sans ce petit sésame l’a vite remué!

 

 

EDIT : Généralement, le SSN n’est accordé qu’aux personnes étant autorisées par le Department of Homeland Security à travailler aux Etats-Unis (puisqu’il est même obligatoire dans ce cas). Seuls les personnes en visas de travail et les personnes en visas accompagnateur munis d’une autorisation de travail sont donc assurés d’avoir un SSN. Pour les autres, ils seront identifiés différemment pour le reste des démarches administratives. Après lecture de différents témoignages, certaines personnes en visa accompagnateur font d’abord une demande d’autorisation de travail au Department of Homeland Security et ensuite font la demande de SSN. En Californie, j’ai pu (comme d’autres de mes connaissances avec un visa accompagnateur permettant de faire une demande d’autorisation de travail) faire la demande de SSN sans avoir encore d’autorisation de travail du DHS. Le mieux est donc de se renseigner auprès de votre bureau de sécurité sociale pour connaitre dans quel ordre effectuer les démarches.

 

Comment obtenir son SSN?

 

Il suffit de se rendre dans un bureau de la Sécurité Sociale. Sur place, vous trouverez un formulaire de demande de carte de sécurité sociale (SS-5-FR). En général, même en semaine,  il y a de l’attente, donc vous devriez avoir le temps de le remplir sur place avant que ce ne soit votre tour.

Dans un bureau de la Social Security

 

Comme pour la demande de visa, il faut être bien sûr que vous avez avec vous tous les justificatifs requis :

– votre passeport

– votre visa américain vous donnant le droit de travailler ou nécessitant une demande d’autorisation de travail pour le faire

– le formulaire I-94 (que vous avez reçu à votre arrivée aux Etats-Unis en passant l’immigration)

Pour les conjoints en visa accompagnateur, il faudra aussi un certificat de mariage ORIGINAL (la photocopie ne suffira pas).

 

Formulaire du SSN

 

Ensuite? Vous devriez recevoir votre carte de sécurité sociale sous un mois. Cela peut être plus rapide (pour moi, 6 jours) ou beaucoup plus long (Daddy B. a mis presque 2 mois avant de l’obtenir, son dossier s’étant perdu la première fois…).
Réception du SSN

 

J’espère que cet article sera utile aux personnes qui ont le projet ou sont en cours d’expatriation ainsi qu’à tous ceux qui sont curieux de connaitre le parcours des expatriés aux Etats-Unis.  N’hésitez pas à partager votre propre expérience (bonne ou mauvaise) dans les commentaires!

 

Projet 52 - Semaine 13
DIY avec les petits : un tableau 3D avec du sable et des coquillages

8 Réponses

  1. Ça c’est de l’article complet ! Je suis tellement d’accord avec toi sur la partie Visa, j’ai moi même beaucoup de ces demandes et je ne sais jamais comment répondre !
    Maintenant je donnerai le lien de ton article !

    • Eva B

      Merci! Je suis contente de savoir que cet article va te permettre de répondre plus facilement aux demandes des personnes qui te contactent. On lit souvent plein de descriptifs des différents visas, mais rarement que sans certains pré-requis, tu ne peux de toutes façons pas y prétendre.

  2. En effet, article bien complet Et interressant ! Merci pour ce partage.

  3. Très bon article! Bravo!
    Par contre pour obtenir SSN cela doit être différent en fonction des états ou des visas parce que moi en Pennsylvanie avec un visa L2.. le centre de secu n’a pas pu me faire un ssn, seulement un papier officiel disant que je n’étais pas éligible pour en avoir un. Ce papier m’a permis d’échanger mon permis etc

    • Eva B

      Merci! 🙂
      Effectivement, j’ai édité l’article : pour les visas accompagnateurs, on ne peut pas toujours obtenir le SSN (celui-ci étant accordé aux personnes pouvant travailler aux USA). Il faut donc avoir un visa accompagnateur permettant de travailler et, d’après ce que j’ai pu lire, en fonction des Etats avoir déjà reçu son autorisation de travail pour demander le SSN.
      Merci d’avoir partagé ton expérience, j’ai ainsi pu compléter mes recherches et mon article! 🙂

  4. Bien le bonsoir ! J’aurai aimé savoir (dans ma situation) quelles sont les démarches à suivre pour obtenir un SSN ?
    Je suis en couple avec un américain. Seulement, nous ne sommes pas mariés, je n’ai donc pas les papiers cités. J’ai seulement mon passeport français et une autorisation de séjour ESTA d’un délai de 90 jours. Nous avons l’attention de nous mariés, mais pas maintenant. Du coup, est-il tout de même possible dans mon cas de faire une demande de SSN ? Et comment ?
    Merci d’avance ! =)

    • Eva B

      Avec l’ESTA, vous n’avez malheureusement que le statut d’un touriste. Interdiction de travailler, donc aucun intéret à avoir un SSN puisqu’il sert essentiellement à ça. Pour pouvoir séjourner plus longtemps que 3 mois aux Etats-Unis et avoir le droit d’y faire certaines démarches, il faut que votre situation évolue (soit grace à un visa de travail, soit effectivement par le mariage). Dans tous les cas, cela prendra plusieurs mois. Bonne journée.

Laisser un commentaire